menu Acceuil Tableau de filiation Une école ... La Franc-maçonnerie aujourd'hui En général Histoire La Loge Un rite d'avenir Nous écrire (anti-spam)

 

HISTOIRE ET ORIGINES

masonic

Il est utile et intéressant de connaître les filiations institutionnelles dont la Franc-Maçonnerie initiatique est l'aboutissement ou la continuatrice.

Le tableau suivant montre cette continuité de filiation:
tableau

Tous les historiens et les différents commentateurs s'accordent pour dire que la Franc-Maçonnerie moderne découle ou tire ses origines immédiates des maçons constructeurs, au Moyen-Âge, des grandes cathédrales gothiques en Europe.
Ces derniers étaient directement liés aux Templiers et aux Associations templières de constructeurs qui descendaient des Associations monastiques d'Europe occidentale et des Collèges byzantins, lesquels à leur tour étaient les héritiers des Collegia romains.
Nous remontons ainsi jusqu'aux environs du VIe siècle avant notre ère.

hiero

Cette chaîne ininterrompue nous ramène jusqu'en Égypte Ancienne où se trouvaient les écoles initiatiques les plus réputées et dont certains Initiés qui avaient atteint les plus hauts degrés de l'Initiation nous sont connus, tels Moïse, Pythagore et Platon, pour ne nommer que ceux-là.

Chaque Collegium, ou Collège, possédait une maison commune où les artisans se regroupaient certains jours, unis dans un sentiment de pieuse solidarité. C'est là que se prenaient des repas dont le sens religieux ne fait pas de doute, présidés par un Maître du Collège. On s'y transmettait les secrets de construction que l'on gardait jalousement.
Les Collegia étaient d'ailleurs recherchés et appréciés par les rois qui voulaient faire construire.

Après la chute de Rome, il y eut de nombreux bouleversements dans l'ordre social et les vestiges des Collegia s'intégrèrent aux monastères et couvents qui se multipliaient dans le monde chrétien. Ces lieux leur donnaient souvent le seul moyen juridique de subsister. C'était également le refuge où demeurait entretenu le flambeau des arts et des sciences. Leurs murs épais offraient une sécurité relative. Le statut de l'Eglise permettait aux constructeurs d'échapper à la servitude et de conserver le droit de circuler.

Ainsi, vers les 6e et 7e siècles, nous avons une nouvelle forme de groupement de constructeurs, soit les Associations monastiques, qui édifièrent églises et couvents. Suite à la plus grande sécurité des biens, la paix croissante et l'immigration des artisans, les maîtres d'oeuvre laïques se multiplient; et leur nombre venant à dépasser celui des ecclésiastiques, l'association monastique devint confrérie.

alchimie

Le lien avec l'Ordre du Temple, lui-même un Ordre Initiatique qui avait eu accès aux principales Traditions, est indéniable. Lorsque l'Ordre du Temple fut dissous par le roi Philippe le Bel avec la complicité du pape Clément V, ses principaux dirigeants officiels furent brûlés vifs sur les bûchers de l'Inquisition, mais plusieurs centaines de templiers se sont réfugiés dans d'autres pays européens, où l'Ordre n'avait pas été dissous, ainsi que dans les loges de constructeurs maçonniques. Plusieurs autres templiers se sont réfugiés en Ecosse où ils bénéficièrent de la protection du roi Robert Bruce. Un groupe parmi ces derniers fonda en 1315 ce qui devint la Franc-Maçonnerie Écossaise.

Il est important de se rappeler que chez les anciens constructeurs, tous les actes de la vie se confondaient avec leur sens religieux. Le travail revêtait un caractère sacré, car il symbolisait pour eux la création des êtres et des choses par la divinité. Ils travaillaient donc sur les chantiers en Loges, dans lesquelles n'étaient admis que les gens de métier, se transmettant les secrets du métier de maître à élève. Mais il y avait aussi beaucoup plus que cela. Il suffit, pour s'en rendre compte, de regarder ces magnifiques cathédrales qu'ils ont construites, chef-d'oeuvres d'architecture et véritables livres ésotériques de Sagesse où les Maîtres de l'époque ont inscrit la Connaissance héritée des Mystères de l'Antiquité et cachée sous les symboles. Tout comme en Égypte, la mise en chantier ne se faisait pas n'importe où, n'importe comment, ni par n'importe qui. Le lieu était choisi pour des raisons précises et le maître tenait compte des influences astrologiques; même l'heure était soigneusement choisie et un rituel élaboré était utilisé pour la cérémonie de fondation. On sait que l'orientation physique de l'édifice n'était pas non plus l'effet du hasard mais soumise à des objectifs précis.

hiero

Pendant la construction, les membres de la Loge tenaient des réunions durant lesquelles les enseignements philosophiques et la recherche métaphysique étaient à l'ordre du jour.

Après que les grandes constructions furent complétées, l'aspect de construction physique, dit opératif, des francs-maçons diminua graduellement, et de plus en plus de personnes intéressées surtout et même uniquement par l'aspect Initiatique et Philosophique furent admises dans ses rangs.
Avec le temps, dans la majorité des Loges, les travaux ont porté de plus en plus sur l'aspect spirituel, dit spéculatif, et ce jusqu'à nos jours.